Chronique

par | Juin 12, 2017

1949-1968 Les origines : le Comité de Continuation Européen des Eglises pacifistes historiques : répondre à la catastrophe de la seconde guerre mondiale

1948 – Fondation du Conseil œcuménique des Eglises (COE) avec l’affirmation : « la guerre est contraire à la volonté de Dieu ».
Le « comité de continuation » qui réunit les Eglises pacifistes historiques en Amérique du Nord souhaite la constitution d’un comité analogue en Europe pour développer une communauté européenne des Eglises pacifistes et engager le dialogue sur la guerre et la paix avec les Eglises institutionnelles.

22 février, 5-7 mai, 2-5 août, 1949 – Sur l’invitation de M. Robert Zigler, de l’Eglise des Brethren, ont lieu les premières rencontres à Genève, Présinge puis Heerewegen (Pays-Bas).
Des quakers britanniques et des membres du Mouvement International de la Réconciliation (IFOR, MIR)) se joignent aux Mennonites et aux Brethren. Le mouvement qui viendrait à s’appeler ‘Church and Peace’ (Eglise et Paix) est né.

1953 – Le Comité de Continuation publie une déclaration : « la Paix est la volonté de Dieu ».

15-19 août 1955 – La seigneurie du Christ sur l’Eglise et l’Etat (Puidoux I)
Le « Comité de Continuation » organise le premier d’une série de conversations théologiques : les « conférences de Puidoux ». Des Professeurs issus des Eglises institutionnelles et des spécialistes des Eglises pacifistes débattent de la relation entre l’ecclésiologie et l’éthique de la paix.

1957 – André et Magda Trocmé, membres du MIR et Visser t’Hooft, secrétaire général du COE, appellent à un témoignage non-violent face à la guerre d’Algérie.

12 août 1957 – Eirene, Service International Chrétien pour la Paix, est fondé pour mettre en pratique la théologie de la paix en solidarité avec les marginaux et les opprimés.

2-7 août 1960, Bièvres, France – Des théologiens d’Europe de l’Est se joignent à la réflexion de Puidoux. La critique des Eglises de Paix envers la symbiose entre Eglise et Etat trouve son écho chez les chrétiens vivant sous le régime communiste.

Juillet 1965 – Des tensions fondamentales émergent lors des conférences de Puidoux : soutien aux interventions militaires en dernier recours ou refus catégorique de la violence ? engagement à la non-violence en tant qu’individu, communauté ou Eglise ? Une commission restreinte se voit confier la poursuite de la réflexion.

1968-1975 Centre d’études et de Liaison Eirene – Quelles sont les caractéristiques de l’Eglise de Paix ?

1968 – Le « comité de continuation » européen est intitulé « Centre d’Études et de Liaison Eirene ». La poursuite de la réflexion et du dialogue souligne le lien entre la théologie de la paix et le témoignage non-violent pour la paix. Mais quelles formes concrètes l’Eglise de paix doit-elle revêtir ?

1969, Bienenberg, Suisse – À la suite des troubles dans les universités, le centre d’études et de liaison Eirene organise une conférence pour les jeunes. Les participants cherchent une alternative à la révolution violente et à la résignation face aux injustices. Il ressort de ce dialogue que l’Eglise doit être communauté concrète en prière et en action.

1973 – Le théologien mennonite John Howard Yoder voit dans les communautés de vie et autres groupes au sein des Eglises des partenaires potentiels pour le renouvellement du dialogue sur l’Eglise de Paix en Europe.

1975-1983 « Church and Peace » – Découverte de ferments d’Eglise de Paix

Juin 1975, au Malteserhof près de Bonn à la communauté du Laurentiuskonvent : Des réunions au secrétariat du Centre d’Etudes et de Liaison Eirene débouchent sur un projet de mise en réseau entre les Eglises pacifistes, IFOR et les groupes pacifistes issus des Eglises institutionnelles. Church and Peace commence à prendre sa forme actuelle.

1976 – Le secrétariat du Centre d’Études et de Liaison Eirene devient le secrétariat du centre de liaison de Church and Peace. Objectif : poursuivre le dialogue avec les Eglises institutionnelles et élaborer des modèles de témoignage pour la paix.
Wilfried Warneck, co-fondateur du Laurentiuskonvent devient coordinateur de Church and Peace. Avec son épouse Ruth, il va à la rencontre de groupes et communautés susceptibles de se joindre au réseau.

17-20 fevrier 1977 – La première conférence internationale de Church and Peace a lieu à Bendorf en Allemagne. Malgré des tensions évidentes, les participants reconnaissent ce qui les rapproche et soulignent le besoin de faire connaissance avec la manière dont chaque groupe vit l’Eglise de Paix.

29 juin 1978 – Church and Peace est fondé en tant qu’association de Chrétiens, paroisses et communautés chrétiennes… travaillant parmi les Eglises à la faire connaître et vivre la conviction que le témoignage pour la paix fait partie des caractéristiques essentielles de l’Eglise de Jésus-Christ.

Août 1978 – Ebauche du projet des « cellules d’espérance » pour envoyer des personnes issues de groupes-membres pour être une présence de prière, d’action non-violente et d’hospitalité dans des lieux où la paix est menacée.

15 décembre 1980 – Adolfo Pérez Esquivel, Prix Nobel de la Paix, inaugure le « Fonds du Soc » à Alkmaar aux Pays-Bas. Le fonds doit offrir à des personnes individuelles et à des paroisses « la possibilité de convertir en instruments de paix des énergies et ressources consacrées jusqu’à présent à la guerre ».

1983-1990 Eglise de Paix et processus conciliaire

1983 – Résolutions de la 6ème assemblée du COE sur le Processus « Paix, Justice et Sauvegarde de la Création » (JPIC).

Juin 1985 – Au congrès des Eglises protestantes allemandes à Düsseldorf, Church and Peace encourage l’idée de convoquer un concile de paix mondial. L’Eglise doit lutter contre l’injustice et offrir la guérison des blessures causées par l’injustice au moyen de la diaconie, du service.

18-22 juin 1986, Braunfels, Allemagne – La première Assemblée Européenne des Eglises de Paix incarne ce qu’une communauté eucharistique de la paix pourrait être. Le rassemblement souligne le caractère central de la non-violence active et initie des contacts avec les chrétiens du bloc communiste.

1986 – Création du Réseau de jeûne et de prière.

15-17 avril 1988 – L’AG de Church and Peace à Heverlee, (Belgique), fait du développement d’une « diaconie de la paix » une priorité pour le réseau.

6-12 août 1988 – Avec IFOR, Pax Christi International et les groupes de travail franciscains européens JPIC, Church and Peace organise le Dialogue Européen Oecuménique pour la Justice, la Paix et la Sauvegarde de la Création à Assise. Les contacts avec l’Eglise catholique et les groupes de la pré-Réforme (Franciscains et Vaudois) s’intensifient.

15-21 mai 1989 – Premier Rassemblement Oecuménique Européen à Bâle en Suisse. Un message formulé lors de l’AG de Church and Peace en avril 1989 est diffusé pour un vote minoritaire des Eglises de Paix qui obtient un large soutien auprès des délégués du rassemblement. Church and Peace organise une Maison de la Paix pendant le rassemblement.

1990-1999 Régionalisation et service de Shalom

Mars 1990 – Church and Peace organise une réunion quotidienne de discussion des délégués issus des Eglises de Paix lors de la Conférence Mondiale JPIC à Séoul. Le document final retient l’engagement à pratiquer la non-violence active fondée sur l’évangile pour travailler à la justice et la libération. Il appelle à développer une diaconie de la paix au niveau mondial.

Années 1990s – L’effort de maintenir les contacts et de réaliser des projets au niveau local et régional aboutit à une semi-régionalisation du réseau de Church and Peace.

Automne 1990 – Un secrétariat régional s’ouvre à Strasbourg, France.

12-14 octobre 1990 – Première conférence internationale en ancienne République Démocratique Allemande, à Leipzig. Church and Peace entre en contact avec le mouvement hongrois Bokor.

Mars 1992 – Church and Peace est impliqué dans la fondation du « Service Oecuménique au sein du Processus Conciliaire » qui forme des « diacres de la paix ».

Décembre 1992 – Le Centre de Liaison des Services Oecuméniques pour la Justice, la Paix et la Sauvegarde de la Création s’installe à Genève. Il informe sur des possibilités de service et publie un répertoire mondial d’organismes chrétiens de service de volontariat.

27-30 avril 1995 – Un séminaire avec des participants d’Europe du Sud-Est et une conférence internationale ont lieu à Pecel en Hongrie. Des représentants du COE participent à la rencontre et présentent le Programme « Vaincre la Violence ».

1997 – Un secrétariat régional est ouvert à Székesfehérvar, en Hongrie.

14-16 mars 1997 – Lors du Colloque des Eglises de Paix européennes à Wetzlar en Allemagne, un mémorandum des Eglises de Paix est formulé à l’adresse des délégués du 2ème Rassemblement Oecuménique Européen.

23-29 juin 1997 – Deuxième Rassemblement Oecuménique Européen à Graz. Church and Peace organise une Maison de la Paix avec IFOR et Pax Christi International.

30 juin – 4 juillet 1997 – Assemblée de la Conference Européenne des Eglises (CEC). Church and Peace rejoint la CEC en tant que membre associé.

28-30 mai 1999 – Célébration du cinquantenaire de Church and Peace marquée par les bombardements de l’OTAN sur la Serbie et le Montenégro. Dans la Déclaration du Bienenberg, les participants s’engagent à un oecuménisme qui pratique l’amour de l’ennemi et soutient ceux qui sont en danger.

2000 – .. Etre Eglise de Paix face aux défis du XXIème siècle

24-29 avril 2001 – Lors d’un séminaire pour des artisans de paix venus d’Europe du Sud-Est organisé avant la conférence internationale à Elspeet aux Pays-Bas se profile l’émergence d’un réseau en Europe du Sud-Est.

1-4 mai 2003 – Première conférence internationale en Europe du Sud-Est dans le cadre de la faculté de théologie évangélique à Osijek, en Croatie.

28 avril – 1er mai 2005 – Lors de la conférence internationale de Church and Peace à Selbitz les participants venus des Balkans décident d’organiser une rencontre régionale pour l’Europe du Sud Est.

20-24 septembre 2006 – Church and Peace est co-organisatrice de la première rencontre régionale inter-religieuse à l’Ile de Krk en Croatie.

13-17 juin 2007 – conférence internationale en Irlande du Nord, à Corrymeela. Dans le message final, les Eglises de Paix s’engagent à travailler à une sécurité véritable axée sur la vulnérabilité et le travail pour la justice au plan local, régional et international.

4-8 septembre 2007 – Church and Peace publie un message commun avec la Coalition d’Assise et organise un « hearing » sur le thème de la vraie sécurité lors du Troisième Rassemblement Oecuménique Européen à Sibiu, Roumanie.

2008-2009 – Deux conférences régionales et deux Assemblées Générales discutent du concept de la « Responsabilité de Protéger » Une prise de position est envoyée au COE. Un groupe de travail international rédige une prise de position des Eglises pacifistes en vue du Rassemblement Oecuménique International pour la Paix qui aura lieu en 2011 et marquera le point culminant de Décennie du COE « Vaincre la Violence ».